Louis Mandrin, le bel humeur

En 2005, la Communauté de Communes du Canton de St Laurent de Chamousset, devenue Communauté de Communes de Chamousset en Lyonnais, sollicite à nouveau Valérie Zipper et la Compagnie du Chien Jaune pour la création d’un spectacle d’extérieur mêlant professionels et amateurs. Valérie Zipper s’intéresse alors au personnage de Louis Mandrin (1725-1755), contrebandier natif du Dauphiné, voleur et assassin selon certains, bandit au grand coeur à l’image d’un Robin des Bois selon d’autres : sous l’Ancien Régime, le peuple est écrasé d’impôts, pressuré par les Fermiers Généraux. La révolte gronde. 1789 approche. Louis Mandrin et ses marcandiers vont pendant plus de 2 ans frauder sur les taxes, malmener – voire à l’occasion assassiner – les collecteurs d’impôts et puiser à pleines mains dans leurs caisses. Personnage intelligent, lettré, organisé et charismatique, Louis Mandrin aura à la fin de sa vie presque 5 000 hommes derrière lui et Voltaire disait à son sujet : “s’il a encore quelques succès, il se verra à la tête d’une grande armée. Il y a 3 mois ce n’était qu’un voleur, c’est à présent un grand conquérant…”. Mandrin finit par représenter un véritable danger pour le pouvoir en place. Suite à un complot fomenté par les Fermiers Généraux, l’armée viole la frontière savoyarde pour saisir Mandrin qui sera roué vif sur la place de Valence le 26 mai 1755.

Sous la plume et le regard de Valérie Zipper, grâce à la participation d’une équipe artistique et technique d’une centaine de personnes, la vie de ce bandit social deviendra un spectacle burlesque entre la farce et la Comedia Dell’Arte.